Vos droits de congés et de permission en tant que salarié

Les conflits entre les salariés et les employeurs en termes de droit de congé et de permission ne cessent d’augmenter. Les cas de litige auprès des tribunaux et sur le bureau des avocats sont nombreux. La question est : est-ce à cause d’une méconnaissance de lois sociales, ou simplement un abus des chefs d’entreprise ? Dans les deux cas, un retour sur vos droits semble être nécessaire.

Les congés de maternité n’ont plus aucun secret pour tout le monde

Quand on parle de permission et d’absence au travail, on pense directement à un congé de maternité. Vous n’avez pas besoin d’un avocat ava magassa pour défendre vos droits en ce sens. Les chefs d’entreprise ne peuvent éluder cette prérogative largement renommée dans le monde du travail. Une mère a droit à 3 mois de congé après la naissance de son enfant. En fonction des envies de chacune, il est possible de revoir la distribution des jours de congé. Vous pouvez débuter la permission à 1 mois de l’accouchement afin de vous préparer à bon escient à ce grand évènement.

Qu’en est-il des congés parentaux ?

Néanmoins, il importe de souligner que les mères ne sont pas les seuls à avoir droit à un congé parental. Les pères de famille peuvent également demander 3 à 7 jours de permission après la naissance de leur enfant dans le but de prendre soin de sa nouvelle famille. La demande n’est pas sujette à un délai de dépôt dans la mesure où le DPA des femmes enceintes n’est jamais fixe. Néanmoins, la moindre des choses est de prévenir le bureau et de faire une demande officielle. Il est toutefois à noter qu’un chef d’entreprise a le droit de limiter les congés parentaux en fonction de la disposition des équipes.

Les droits en fonction des évènements familiaux importants

Dans la vie, il est quelques impondérables que l’on ne peut éluder. Tel est le cas par exemple des décès. Dans le cas d’une perte d’un être proche et cher, les entreprises doivent accorder une permission de 3 jours à leur salarié afin que ces derniers fassent leur deuil en toute tranquillité. Mais, cela n’est valable que pour les personnes avec un lien de parenté : un père ou une mère, des enfants, un frère ou une sœur, et quelques fois les collatéraux des parents. Les mariages ouvrent également droit à une permission de 3 jours. Si vous comptez sauter le pas, votre RH devrait pouvoir vous dégager 72 heures de repos, à prendre avant ou après la cérémonie.